Des nouvelles des enseignants

Les Sciences à l'honneur

Lors de leur passage en 4e année, les élèves du Pavillon Saint-Louis-de-Gonzague vivent une année scientifique des plus remplies et ce, au grand bonheur autant des filles que des garçons ! Notre année, répartie en 3 étapes, comprend trois grands projets et plusieurs petites expériences ludiques et captivantes.


Dans un premier temps, en lien avec le grand projet Quand la santé va, tout va !, les élèves ont la chance de créer des moisissures sur du pain, de les observer et d’en comprendre le développement. Dégoutant, mais enrichissant ! Également, dans le cadre de ce même projet, une expérience permet aux élèves de mieux comprendre comment le savon enlève les bactéries de nos mains ou des objets que l’on lave.


Attention projectiles ! Les machines simples sont étudiées à l’aide des catapultes. En groupe, nous observons diverses catapultes, en étudions l’histoire et l’évolution et en analysons le fonctionnement. Par la suite, les élèves sont invités, en équipe, à fabriquer leur propre catapulte qui leur permettra de sauver les habitants de l’île du virus Alobé. Créativité, imagination, logique, capacité d’analyse et d’adaptation sont toutes mises de l’avant dans ce projet stimulant.


En avant la musique ! Ce grand projet intégrateur permet aux enfants de reconnaitre les sons graves et aigus que peuvent produire les divers instruments de musique. Plusieurs expérimentations leur permettent de comprendre le fonctionnement de ces diverses tonalités dans les trois grandes familles d’instruments de musique. Par la suite, chacun est invité à fabriquer son propre instrument qui pourra produire différents sons. Le français, les arts et les sciences font bon ménage dans ce projet fort apprécié de tous.


Dans une galaxie près de chez nous ! Quel est le fonctionnement de notre système solaire ? Comment explique-t-on le jour et la nuit ? Pourquoi les saisons se succèdent-elles ? Les phases de la lune, comment ça marche ? Autant de questions que de réponses dans le projet Terre-Lune-Soleil qui permet aux enfants de mieux comprendre les phénomènes qui nous entourent.
En passant par ces grands projets, par les réactions chimiques, les colonnes et leurs caractéristiques, le mélange des liquides, la vibration des sons et la fabrication de la crème glacée, la démarche scientifique est toujours en avant plan. Les élèves s’habilitent donc rapidement à se questionner, à faire des hypothèses et à analyser leur raisonnement.


La 4e année, une année riche en sciences et en apprentissages !

Haut comme trois pommes…

Déjà la cloche sonne… Votre enfant, maintenant rendu grand, vous tient la main. Vous le dirigez dans sa nouvelle classe, à la rencontre de sa nouvelle enseignante. Les petits papillons bien cachés dans son ventre - et dans le vôtre aussi! - ne trahissent pas son excitation et tous ses questionnements face à cette nouvelle réalité… Sans trop s’en rendre compte, en franchissant cette grande porte, il bâtira peu à peu son propre coffre à outils, qui lui servira tout au long de son parcours scolaire. 

Dans notre « environnement pour enfants de 5 ans », tout sera à sa portée pour lui donner le gout des apprentissages et de l’école, de grandir d’une pomme ou deux! Par des périodes d’enseignement, d’ateliers, de jeu, d’éducation physique, de musique, d’éveil aux cultures et aux langues, il aura la chance de développer son plein potentiel. Bien sûr, nous ne manquerons pas de souligner les différentes fêtes, dont celle du 100e jour de classe.
Et plus les jours passeront, plus vous vous rendrez compte que votre enfant aura pris un coup de vieux! En effet, celui-ci aura su développer sa propre personnalité, son autonomie et son esprit logique. Il aura également appris à travailler en coopération. Finalement, votre enfant ressortira de cette année enrichissante avec des bases solides pour sa première année. Votre jeune vous le dira : « On travaille fort à la maternelle ».
Cette journée, cette semaine, ce mois, cette année finiront par passer. Trop vite peut-être… Mais sachez que votre enfant en ressortira fin prêt pour le monde des grands.
Et il sera bien loin le jour où, tout fier de sa nouvelle vie, il était revenu de ses premières journées d’école en vous chantant Ne pleure pas maman, car maintenant je suis grand.

Marie-Christine Dion
Enseignante au préscolaire

PSLG 

 

Des questions pour nos élèves de 2e année

Pourquoi devons-nous manger des fruits et des légumes? Est-ce que le papillon est un lépidoptère ou un diptère? Pourquoi y a-t-il 24 heures dans une journée? Comme vous le lisez, on aime se poser des questions en 2e année à travers nos projets (le temps, l’alimentation et les insectes). Dans cette lignée, qui de mieux pour répondre aux questions concernant la 2e année que les élèves eux-mêmes? Voici donc une entrevue avec des finissants du premier cycle de l’année scolaire 2012-2013.


Question: Qu’est-ce qui est différent entre la 1re et la 2e année?

Olivier: Moi, je trouve que l’on écrit des histoires plus longues, avec un début, un milieu et une fin. Les phrases que j’ai faites cette année étaient plus longues aussi.
Victor: En mathématiques, on apprend les fractions et les divisions et surtout, j’ai aimé commencer les multiplications.
Antoine: Les problèmes en mathématiques sont plus difficiles (pourquoi?) parce qu’il y a plus de détails et plus de textes à lire avant de résoudre le problème.
Amanda: Je trouve qu’on lit des textes plus longs.

Question: Qu’est-ce que vous avez aimé faire en 2e année?

Alexy et Édouard: Les multiplications!
Amanda: Les multiplications, moi, j’ai trouvé ça plus difficile.
Victor: Moi, j’aime ça résoudre des petits problèmes.
Olivier: Moi, ce sont les joggings-maths.
Jade: J’aime mieux le français, surtout les dictées, je les trouve faciles en 2e année!

Amanda: En arts plastiques, j’ai aimé faire le poisson avec les couleurs complémentaires.
Antoine: Ah oui! C’était en même temps que le cercle chromatique. Moi, je ne savais pas qu’il y avait des couleurs primaires et secondaires.
Thomas: Ce que j’ai aimé le plus, c’est le pointillisme. J’ai fait des dinosaures en points et aussi le signe des Pingouins de Pittsburgh.
Jade: Moi, j’ai trouvé qu’on a fait des beaux projets d’arts. Le plus beau, je trouve que c’était le bricolage de la fête des Mères: le portecrayon.
Amanda: Moi, j’ai aimé les coccinelles de Mme Véronique. Elle nous appelait ses petites coccinelles.
Isadora: Pendant notre projet sur l’alimentation, il fallait faire une recette et la présenter à la classe, c’était chouette!

Victor: Madame Genevyève, on n’a pas parlé de l’é…thique? (et cultures religieuses), oui, c’est ça. Bon, je ne savais pas qu’il y avait plein de prières dans le monde et plein de religions aussi.
Olivier: On n’a pas parlé des livres de lecture non plus... Moi j’aime lire et je suis un bon lecteur. J’ai trouvé qu’il y avait des livres de tous les niveaux. Si j’en voulais un plus difficile, j’avais juste à le chercher.
Antoine: Ma collection de livres préférée, c’est celle des minidétectives.
Isadora: Moi, ce sont les livres des petites fées de la semaine. J’avais toujours le gout de lire le prochain.

Questions: Est-ce qu’il y a d’autres choses dont nous n’avons pas parlé?

Victor: Les privilèges!
Olivier: Le projet sur les insectes!
Thomas: Les petites voitures!

 D’accord, nous pourrions continuer encore longtemps comme ça, mais nous laissons la place 

aux autres niveaux qui, comme nous, ont beaucoup de choses à raconter. Au plaisir de vous voir en 2e année, pour répondre à vos questions, mais surtout, pour vous en poser et mieux vous connaitre!

Merci à Olivier Lacasse-Roy, Thomas Cliche, Alexy Harvey, Édouard Bellavance, Antoine Gagnon, Victor Lesage, Amanda Giroux, Isadora Berezeanu et Jade Thomassin pour cette entrevue.

Genevyève Turcot
Enseignante 2e année garçons

 

La 3e année…une année bien remplie !

Les élèves de la 3e année vivent une année diversifiée à travers de belles sorties et de plusieurs projets tout en explorant différentes connaissances afin d’améliorer leurs compétences.

Nos écrivains sont appelés à laisser aller leur imagination afin de nous créer avec fierté de belles productions que nous lisons et entendons avec plaisir. Quant à nos lecteurs, ils ne s’ennuient pas, car il y en a pour tous les gouts !

Ils développent leurs habiletés pour résoudre des problèmes dans plusieurs situations et réalisent par ce fait même l’importance d’une bonne démarche. Après tout, les mathématiques, c’est fantastique !

Tout au long de l’année, les élèves sont transportés dans le temps pour découvrir le merveilleux monde des Amérindiens. Ils terminent leur voyage avec la visite d’une véritable maison longue grandeur nature. Ils s’ouvrent au monde en se familiarisant avec différents types d’habitation qu’ils créent avec plaisir.

Nos scientifiques vivent plusieurs expériences lors de beaux projets. Ils font flotter des biscuits « Oréo », ils construisent à l’aide de guimauves, ils font pousser des végétaux, ils fabriquent du papier et font même l’élevage de papillons. Que de plaisir nous avons à faire ces découvertes !

Plusieurs créations intéressent nos artistes. Ils ont le plaisir d’explorer les arts en fabriquant de belles œuvres qu’ils exposeront avec fierté. Nos visiteurs pourront observer dans nos corridors nos totems, nos papillons, nos maquettes, nos animaux étonnants, nos paysages d’automne et nos drapeaux géométriques. De plus, une belle visite artistique complète ce volet.
Enfin, les élèves repartent avec un bon bagage de connaissances, de compétences et de très beaux souvenirs !

Mme Annie Boucher
Mme Marie-Ève Pilote
Enseignantes en 3e année

PSLG

Te voilà en 4e année, une année bien remplie qui t’enchantera !

La culture t’intéresse ?

Plusieurs activités t’attendent : sortie au musée, visite à Place Royale, projets humanitaires, recherches sur la santé et plus encore.

Les sciences t’attirent davantage ?
Expériences et projets multiples sauront piquer ta curiosité. Ton ingéniosité sera mise à l’épreuve : insectes mécaniques, catapultes et instruments de musique…

Les arts t’interpellent ?
Nous développerons ta créativité avec diverses techniques : peinture, craie, fusain, crayons, pastels, papiers, etc.

Des enseignants dynamiques et passionnés te feront découvrir à l’aide de différents projets, d’ateliers variés, du tableau de programmation et du travail en coopération les apprentissages nécessaires à ta 4e année. Dans un climat où l’entraide, le respect et l’autonomie sont à l’honneur, tu prendras ton envol vers le 3e cycle.

Bienvenue chez toi !
Les enseignants de 4e année

 

EN ROUTE VERS LA 5E ANNÉE…

Si nous avions à choisir un mot pour qualifier la 5e année ce serait : projets.

Des projets en 5e année, on en a plein la tête !

Les sciences laissent beaucoup de place au côté créatif des élèves. Par le questionnement et la manipulation, divers objets sont créés au cours de l’année. On devient inventeur et on fait nos propres prototypes de sandales et de glacières.

L’imagination des filles et des garçons est sans limite et c’est pourquoi toutes les autres matières sont propices aussi à la création. En français, on découvre la domotique pour ensuite créer un robot, on invente une machine du futur et on scrute à la loupe quelques inventions comme l’avion et la bicyclette. De plus, on traverse le monde en explorant les pays du cercle de la francophonie.

Le domaine de l’informatique est également bien exploité chez les élèves. Par l'utilisation du iPad, ils acquièrent de nombreuses habiletés qui leur permettront de naviguer à travers plusieurs logiciels et de développer le côté éthique de l’informatique.

Année haute en couleurs, la 5e année se distingue des précédents cycles par l’acquisition marquée d’une certaine autonomie préalable au passage vers la 6e année.

Nous n’attendons que toi pour faire partie de l’aventure !

Mme Véronique et Mme Kathleen
Enseignantes en 5e année

 

Laisser sa trace

L’art est un moyen bien connu et épanouissant de laisser une trace; de laisser sa marque. Il fait appel à nos sens, à nos émotions et à notre expérience. En réalité, il fait appel à qui nous sommes profondément. Depuis mon arrivée au Pavillon Saint-Louis-de-Gonzague, je rêvais de réaliser une œuvre collective qui permettrait aux élèves de 6e année de laisser une petite partie d’eux au sein d’une école qui les a vus cheminer, grandir, évoluer et devenir petit à petit autonomes et responsables de leur réussite. Je voulais qu’ils puissent laisser une trace : ce qui reste de quelque chose qui a été, ce à quoi on reconnait qu’une chose a existé, ce qui subsiste du passé.

Les enfants cherchent, découvrent, s’émerveillent et sont tous uniques dans leur personnalité, leur histoire et leurs intérêts. Ils sont un bien précieux, à la fois fragiles et remplis de promesses et l’enseignement est le pilier de leur épanouissement. Dans ce cas précis, ce fut l’enseignement des arts qui leur a permis d’aller chercher cette petite partie d’eux-mêmes qu’ils n’osent pas dévoiler au grand jour. Ce projet nous a amenés à établir une passerelle avec leur univers en favorisant la créativité, le gout de la découverte et le dépassement de soi : les valeurs mêmes qui ont guidé leur cheminement tout au long de leur dernière année du primaire.

Plus le processus créatif avançait, plus je réalisais que ce projet de murale collective faisait surgir des habiletés sociales. Voir les élèves sortir de leur coquille, s’entraider et nouer des liens grâce à la peinture fut notre plus beau cadeau. Ainsi, en participant tous à parts égales au processus créatif, ils ont pu s’ouvrir à de nouvelles expériences et contribuer à un projet unique dont ils étaient réellement très fiers.

Certains laissent une trace de leur passage sur Terre par une chanson, une découverte scientifique, un roman, une invention ou encore par la création d’une entreprise. Pour d’autres, cette marque vit éternellement à travers une œuvre d’art qu’ils ont réalisée. Parce que l’art est le témoignage d’un instant. Une façon de figer le temps. À leur façon, les élèves de 6e année du Pavillon Saint-Louis-de-Gonzague auront légué une partie d’eux à l’école qui les a vus s’épanouir au fil des ans.

Gabrielle Juneau
Enseignante en 6e année

PSLG

 

Here we AIM !

Au Pavillon Saint-Louis-de-Gonzague, nous apprenons l’anglais en utilisant une technique spéciale. L’Accelerated Integrated Method (AIM) est une approche d’apprentissage basée sur les gestes qui est utilisée de la première à la quatrième année. AIM favorise l’expression orale puisque l’enfant doit utiliser ses mains pour associer les mots et les sons. Si vous avez la chance de voir cette technique en action, vous constaterez que c’est différent de ce que vous connaissez d’une classe d’Anglais. L’enseignante communique avec les élèves en utilisant des gestes pour chaque mot. Cela ressemble un peu au langage des signes pour les personnes malentendantes ainsi qu’au directeur d’un orchestre symphonique. Quel plaisir de les voir parler anglais dès le premier cours de l’année scolaire ! De plus, ils apprendront l’anglais avec des composantes musicales et le théâtre. Ce que les élèves aiment de cette technique, c’est qu’ils bougent et apprennent l’anglais en même temps.

Have fun and AIM !

Émilie Bentz
Enseignante d’anglais au premier cycle

 

Au son de la musique !

C’est avec brio que les élèves de la 6e année ont interprété l’hymne national le 30 octobre 2015 au Centre Vidéotron avant une partie des Remparts. En plus de vivre une expérience inoubliable en chantant devant plus de 10 000 spectateurs, la vente de billets a permis d’amasser les fonds nécessaires à l’achat d’une batterie. Les élèves étaient très fiers d’eux ! Pendant cette même année, les enfants ont aussi réalisé un disque de musique à l’aide d’un logiciel informatique. Chaque élève est retourné à la maison avec les compositions des camarades de la classe. Afin de terminer leurs études primaires en beauté, les enfants ont chanté une pièce lors de la soirée des finissants. Le texte, écrit par des élèves, a beaucoup touché les parents. Il va sans dire, les cours de musique en 6e année sont définitivement uniques ! Comme le précise l’enseignante, Mme Stéphanie Boisvert, la réalisation de ces projets spéciaux est possible grâce aux compétences musicales qu’ont développées les élèves tout au long de leurs études primaires. En effet, ces derniers ont débuté l’apprentissage du chant dès le préscolaire. À cet âge, les enfants apprennent à utiliser leur voix chantée. Au premier cycle, le chant est toujours aussi présent, mais il est en plus accompagné d’instruments de percussion tels que le xylophone, le carillon et le métallophone. Ensuite, l’arrivée au deuxième cycle est marquée par le début de la flute à bec. Bien que certains parents en soient septiques, les élèves sont vraiment très motivés par ce nouvel instrument. Finalement, toujours selon les dires de l’enseignante, les cours de musique en 5e année se collent aux intérêts des élèves. Ils choisissent notamment le répertoire de chansons et ceux qui jouent déjà d’un instrument ont l’opportunité d’accompagner le groupe. À cet effet, un service de parascolaire musical est offert à tous les élèves. Ainsi, un enfant qui désire apprendre un instrument tel que le piano, la guitare ou le violon peut le faire dans les locaux de l’école. En conclusion, plusieurs années d’apprentissages musicales ont permis cette superbe performance des élèves de la 6e année !

PSLG

 

L’éducation c’est aussi physique

Au Pavillon Saint-Louis-de-Gonzague, le sport et l’activité physique occupent une place importante dans le développement des élèves. Aussi, on croit que « l’activité physique améliore les performances scolaires en favorisant notamment la capacité d’attention, la concentration, la mémoire et un meilleur comportement en classe. Elle favorise également le sentiment d’appartenance à l’école et tend à assurer une plus grande persévérance à l’école ».(1)

Les cours d’éducation physique sont planifiés selon le programme du ministère. En plus de connaissances, ils visent à ce que les élèves aient du plaisir à pratiquer une activité physique et ainsi, adopter un mode de vie sain et actif tout au long de leur vie. L’école se doit d’offrir un encadrement de qualité ainsi que des activités orientées vers le plaisir qui se déroulent dans un climat de respect et de confiance et qui, bien évidemment, tiennent compte des différentes caractéristiques individuelles (sexe, âge, capacité). Aussi, tous les intervenants de l’école (direction de l’école, éducateurs physiques,éducateurs du service de garde et intervenants sportifs) se sont unis pour répondre aux exigences et aux besoins de l’élève.
Un groupe d’experts a d’ailleurs fait des recommandations pour augmenter l’activité physique à l’école. Nous avons voulu savoir si notre école répondait déjà à ces objectifs. Pour ce faire, nous donnons la parole à Pierre-Luc, un élève de 6e année qui représente bien les valeurs prônées par notre école pour assurer le développement optimal de chacun.

Selon les experts, il est recommandé d’avoir des cours obligatoires en éducation physique. Y a-t-il à l’école plusieurs cours d’éducation physique ?
  - (PL) Nous avons trois cours d’éducation physique par cycle et ce que j’aime, c’est que l’on est très actif puisqu’on ne perd pas de temps pour l’habillement qui se fait à l’extérieur du temps consacré au cours.

Peux-tu nous en dire davantage sur les activités que vous pratiquez ?
  - (PL) Ce que j’aime particulièrement, c’est la variété de sports que l’on apprend et qu’autrement, je n’aurais jamais pratiqués. Je pense à des sports comme le golf, le kinball, le tchouckball, le volleyball, le badminton, l’athlétisme, etc. À travers ces sports, en plus des différentes techniques, nous apprenons le respect et l’esprit sportif. (photo de groupe garçons).


En plus des cours d’éducation physique obligatoires, le groupe d’experts recommande aussi des activités intramuros et parascolaires. Peux-tu nous dire si tu fais d’autres activités physiques à part les cours d’éducation physique ?
  - (PL) Oui, aux récréations du midi, il y a des jeux organisés, peu importe la saison. Je joue au basketball, au hockey et toutes sortes de jeux de ballons. Pour ce qui est du parascolaire, je sais qu’il y a une grande variété d’activités tant pour les très sportifs que pour ceux qui le sont moins.
Une autre façon d’augmenter le temps d’activité physique est de favoriser les déplacements actifs entre l’école et la maison. Voyages-tu à l’école à pied ?
  - (Gabrielle et Amélia) Nous, non, mais nous savons que des élèves du quartier viennent à pied ou à vélo à l’école. Malgré tout, nous faisons des déplacements actifs entre l’école et l’Académie Saint-Louis pour des activités culturelles, des entrainements sportifs (football, golf, etc.). Alors on participe à notre façon.

En terminant, y a-t-il d’autres activités sportives ou des occasions d’être actifs dont tu voudrais nous parler ?
  - (PL) Oui, il y a ce qu’on appelle des sorties sportives qui ajoutent du temps à nos cours d’éducation physique. Je sais qu’il y a de l’initiation au ski alpin (préscolaire), au patinage (2e année). Je me rappelle aussi d’une journée plein air en 4e année où nous avons eu beaucoup de plaisir. J’avais fait du ski de fond, de la raquette et de la glissade à la base de plein air de Ste-Foy. Mes amis de l’an dernier m’ont aussi parlé du « Défi de la santé » pour lequel on doit s’entrainer et participer à une course de 4 kilomètres avec les autres écoles de la région.
Je ne vous ai pas encore parlé des sports interscolaires que je pratique. Je suis quart-arrière pour les Scorpions football, je joue aussi pour l’équipe de basketball. Il y a aussi du hockey, du cheerleading et j’en passe.
Je m’excuse, je dois vous laisser puisque je vois ma mère qui me fait signe de partir pour faire mes devoirs. J’adore le sport, mais je dois aussi étudier pour devenir un athlète accompli.


Les spécialistes en éducation physique


Notre bien le plus précieux!

Nos enfants sont notre bien le plus précieux, le plus merveilleux des cadeaux de la vie! Tout au cours de l’année scolaire, les élèves qui nous ont été confiés (vos enfants) ont grandi tant physiquement qu’intérieurement! En effet, j’ai accueilli ces filles et ces garçons qui venaient déposer leurs perles intérieures en me racontant ce qui les motivaient, les inquiétaient ou ce qui les chagrinaient! En grandissant, ils ont appris à se faire confiance, à poser leurs limites même auprès de leur meilleur(e) ami(e) et à se relever lorsque blessé(e). Leur parcours scolaire au primaire leur a fait découvrir leurs forces intérieures. Tous ces jeunes m’ont fascinée! Au fil des semaines, ils ont appris à s’intéresser vraiment aux autres et ils ont découvert que chacun a quelque chose d’intéressant à raconter.

Ce fut incroyable de constater que lorsqu’ils vivaient une mésentente avec leur meilleur(e) ami(e), ils étaient capables d’utiliser la stratégie du feu jaune, vert ou rouge. Cette stratégie et plusieurs autres ont été présentées lors des ateliers de développement des habiletés sociales que j’offre dans les classes au cours de l’année scolaire.

Merci de nous confier votre enfant.

Louise Turcotte
Intervenante scolaire


(1) SOURCE: Coalition québécoise sur la problématique du poids. 5 recommandations pour permettre aux jeunes d'être plus actifs à l'école. Février 2012.